Paper Writer Online Resume Examples For Call Center No Experience Author Book Report Card Comment Codes Professional Essays Ghostwriters Site For School

Après le bitcoin, place aux autres crypto-monnaies

Il y a trois mois, les petits épargnants succombaient à la fièvre du bitcoin. Deux krachs financiers plus tard, nombre d’entre eux sont à la recherche de la nouvelle martingale.

Bitcoin Exchange CEX.IO

Les krachs passent, le fantasme de l’enrichissement sans peine reste. Fin 2017, le bitcoin franchissait, chaque semaine, des « barres symboliques » voire « psychologiques » : 6 000 $ (4 800 €) en octobre, 10 000 $ (8 100 €) fin novembre, flirtant même avec les 20 000 $ (16 200 €) en décembre. Envoûtés par cette fièvre montante, nombre de petits investisseurs ont franchi le pas, au plus haut, à la veille de Noël.

La magie du bitcoin -ces bouts de code informatique qui s’échangent comme une devise- n’a pas, pour eux, vraiment opéré. En trois mois, leur portefeuille a essuyé deux krachs, le premier en janvier, le second en février. Le cours a été divisé par deux (il était ce lundi de 11 545 $, soit 9 300 €).

Du coup, les spéculateurs ont jeté leur dévolu sur de nouvelles crypto-monnaies. « Le bitcoin, ce n’est pas rentable. Même quand il augmente, cela ne progresse que de quelques pourcents », raconte Gahzi, 33 ans, qui a misé 1 500 €. Après avoir perdu beaucoup d’argent en février, ce jeune Parisien est certain d’avoir trouvé le bon filon.

« Les crypto-monnaies chinoises sont ultrarapides. Regardez le Walton, en janvier, en une semaine, sa valeur a triplé », glisse cet homme. Mais sa petite chouchoute se nomme « NEO ». Une crypto-monnaie qui cartonne. Lancée en août 2016, elle se classe à la septième place des crypto-monnaies les plus populaires avec un marché déjà évalué à plus de 7 Mds$.

Un étudiant a emprunté 50 000 € pour investir

Dans cette course, les « crypto-spéculateurs » se passent les bons tuyaux via Twitter, Reddit ou Telegram. « En février, j’ai pas mal transpiré, j’avais potentiellement perdu 30 000 € », se remémore Thibaud. D’autant que cet argent ne lui appartient pas ! Cet étudiant en commerce international de 23 ans l’a tout bonnement emprunté : 50 000 € de crédit contracté, pour pouvoir spéculer.

Un comportement financier totalement déconseillé par la plupart des pouvoirs publics, qui de la Banque de France à l’Autorité des marchés financiers (AMF) ne cessent d’alerter le grand public sur les risqués liés aux investissements dans les « crypto-monnaies ».

Aujourd’hui, Thibaud s’est refait. « Je n’ai rien vendu et j’ai effacé mes pertes », assure le jeune homme qui confesse ne plus dormir beaucoup. « Il existe plus de 1 400 crypto-monnaies sur lesquelles je me renseigne tous les soirs sur Internet », raconte-t-il. « J’ai investi sur une quinzaine d’entre elles », souligne-t-il, avec le secret espoir de miser sur le bon cheval. « Je me sens comme une personne qui aurait investi dans les débuts d’Apple ou Facebook », raconte Thibaud.

Bitcoin Exchange CEX.IO

« Tous ceux qui ont du bitcoin depuis quelque temps regardent les autres crypto-monnaies : on cherche l’excitation, et, avec, le bitcoin, il n’y en a plus trop », confirme Pierre, 24 ans, qui a investi 500 € en bitcoin l’été dernier. « Les spéculateurs s’intéressent au NEO car ils se disent qu’elle pourrait un jour être la crypto-monnaie officielle chinoise », explique Brian O’Hagan, marketing manager à la Maison du bitcoin. Une rumeur qui pousse le cours à la hausse. Jusqu’au prochain krach ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *